Athlétisme : Le bilan des Champenois aux Championnats du Monde 2017

Les Championnats du Monde d’athlétisme se déroulaient cet été à Londres, et ces derniers ont pu voir les Bleus briller en ce mois d’août 2017, cinq ans après avoir accueilli les Jeux Olympiques. Les Français ont carburé au diesel lors de ces Mondiaux avec des débuts inquiétants mais des derniers jours somptueux avec de nombreux records dont plusieurs qui ont impliqué un Rémois de toujours. Retour sur les performances des athlètes Champenois.

Un local connu s’est illustré lors de cette semaine de compétition en la personne de Mahiedine Mekhissi. Malheureusement pour ce dernier, il n’est pas parvenu à remplir ses objectifs. Natif de Reims, Mekhissi avait décidé de renouer sa relation avec l’entraîneur Farouk Madaci qui l’avait emmené jusqu’à une médaille d’argent aux JO de Londres (2012). Le demi-fondeur Marnais avait donc retrouver le CREPS de Reims ainsi que des partenaires d’entraînement comme François Barrer (DAC Reims) ou encore Vincent Luis (EFS Reims Athlétisme). Cela ne s’est joué d’un rien pour que le triple médaillé olympique retrouve les sommets. Il s’est hissé en finale du 3000m steeple, sa spécialité, mais a fini à la pire place : au pied du podium (4e). Pour 27 centièmes et après 400 derniers mètres de folie, le Rémois termine juste derrière l’Américain Jagger qui finit en bronze en 8’15 »53.

Mahiedine Mekhissi a plus d’une corde à son arc. Il n’avait pas souhaité se positionner de manière certaine sur le 1500m, tout dépendait du « feeling » comme il l’avait déclaré. Après être passé tout proche d’une médaille, il avait donc décidé de repartir sans tergiverser le lendemain sur 1500m. Une autre désillusion se présentera malheureusement pour notre représentant Champenois puisqu’il a terminé 7e de sa série en 3’46 »17, insuffisant pour rallier les demi-finales de l’épreuve. Une immense déception pour notre Rémois qui repart bredouille de ces Mondiaux mais n’en reste, et pas des moindres, un grand champion de l’athlétisme Français. Le rendez-vous est pris pour les Championnats d’Europe de Berlin l’an prochain.

Si vous aimez la course à pied et que vous êtes Champenois, vous devez forcément connaître Yohann Diniz. Licencié au club de l’EFSRA, le marcheur avait marqué de son empreinte les Jeux Olympiques de Rio il y a un an, après avoir terminé 7e du 50km dans un piteux état, suite à de graves problèmes médicaux. Il avait prouvé toute sa détermination et son âme de battant, qui n’accepte pas l’échec. A coup sûr avait-il voulu écrire une nouvelle belle page de son histoire et de celle de son sport lors de ces Mondiaux Londoniens. Diniz n’a pas fait les choses à moitié. Pour le dernier jour de compétition, le Sparnacien a plus que dominé l’épreuve du 50km marche en s’offrant une médaille d’or en 3h33’11 ». Ce chrono correspond à la deuxième meilleure performance mondiale de tous les temps, qu’il détient lui même en 3h32’33 ». A 39 ans et 224 jours, Yo est devenu le plus vieux champion du monde de l’histoire de l’athlétisme, s’il vous plaît. Avec ça, il a offert une troisième couronne à la France dans ces championnats du monde et a grandement contribué à la quatrième place de l’Hexagone au classement des médailles. Il entre également dans le club très fermé des champions d’Europe et du monde français, aux côtés de Marie-José Pérec et Stéphane Diagana. Bref, Yohann Diniz est très grand et obtient plus que jamais sa place au panthéon du sport international.

Article écrit par Alexandre Delfau.