Coupe de France : Les Flammes si près, et si loin…

C’était une fête pour tous les ardennais. Ils étaient prêts de 2000 à voir fait le voyage jusque l’Accor Hotel Aréna de Paris pour soutenir les joueuses de Romuald Yernaux. Ils voulaient rendre aux Flammes ce qu’elles leur donnent tout au long de la saison ; de la joie, du bonheur, de la passion, tout un mélange d’émotions, et ne pensaient qu’à une seule chose : remonter avec le trophée. Mais face au colosse Bourges, entrainé par Valérie Garnier, qui restait sur deux finales perdues, l’innocence des carolomacériennes n’a pas été un atout. Après un premier quart-temps relativement accroché pendant lequel les berruyères prenaient malgré tout six points d’avance dans les dernières minutes, le deuxième acte ressemblait à un naufrage où sur un parquet taillé trop grand, un public trop nombreux, les coéquipières d’Amel Bouderra manquaient de repères pour tenir la dragée haute au club le plus titré dans cette compétition (26-47, mi-temps). Les troisième et quatrième rounds tournaient à l’avantage des ardennaises, bien aidées par les Tangos qui baissaient de rythme, mais qui savaient placer un coup d’accélérateur le moment venu pour ne pas se faire rejoindre. Le score finale 65-75 laissera sans doute des regrets dans la tête de tous. Si il n’y avait pas eu ces temps de latence, parfois trop longs, si il n’y avait pas eu ces pertes de balles inhabituelles, et bien d’autres choses, qui se différenciaient des habitudes, certainement qu’il en aurait été autrement, mais ce samedi soir, les Flammes ont appris, et en sortent grandies. Désormais cap sur la demi-finale de playoffs de LFB dès ce mercredi avec le match 1 contre Villeneuve d’Ascq. Soyons sûrs que les supporters carolo, déçus mais pas abattus, garniront comme à leur habitude les travées de la Caisse d’Epargne Aréna pour soutenir les leurs dans cette nouvelle épreuve.

La réaction de la capitaine Amel Bouderra qui reconnait la supériorité de Bourges dans cette rencontre :

La réaction du coach Romuald Yernaux, qui rejoint sa meneuse, mais qui malgré tout est fier du parcours de ses joueuses, et pense déjà au prochain match :